Lettre à Martine Aubry

Paris, le 21 décembre 2009

Madame la Première secrétaire, chère Martine,

J’ai décidé de démissionner de mes responsabilités de vice présidente du Laboratoire des idées. Cette démission s’inscrit dans une perspective : celle de continuer à travailler dans d’autres lieux, avec plus d’efficacité et une plus grande ouverture à la construction d’un projet de gauche pour 2012.

Pour moi ce projet doit s’inscrire dans une vision globale des aspirations à gauche, prenant en compte le foisonnement des initiatives de la société civile, des syndicats, des associations, des partis et des formations politiques qui dessinent aujourd’hui le champ des oppositions à Nicolas Sarkozy et aux politiques qu’il mène. Nous sommes en effet dans un moment où le désir de gauche n’a jamais été aussi sensible dans le champ des idées comme dans l’opposition sociale. Qu’il s’agisse de l’immigration, des libertés publiques, des droits à l’emploi et au logement, de la lutte contre la précarité, il est urgent de donner un débouché politique à des luttes vitales pour notre dignité.

J’ai pesé cette décision. Pour moi, la création du Laboratoire des idées après le congrès de Reims qui avait vu les oppositions de personnes l’emporter sur toute vision, représentait une nécessité et un espoir. Mais le temps passe. Un an après sa mise en place, je ne crois pas que, dans l’état actuel du fonctionnement du parti socialiste, cette instance puisse remplir les trois fonctions prioritaires qui auraient dû être les siennes: renouer avec les intellectuels, préparer le projet socialiste pour 2012 et permettre aux militants de participer à l’élaboration du projet à travers les laboratoires fédéraux.

Je crois en effet que ces trois missions supposent une rénovation en profondeur des modes de fonctionnement de notre parti. Le jeu des motions, le processus de décision politique au bureau national qui se fait sans lien avec le laboratoire des idées, l’autonomie croissante des fédérations, les rivalités de clans, l’absence de prise en compte de la compétence, de l’expertise et de l’investissement personnel, tout concourt à marginaliser les idées et à paralyser l’élaboration effective d’un projet.

Je ne peux que tirer les conséquences d’une situation que je déplore.

Je reste socialiste et j’espère pouvoir contribuer avec d’autres à une pensée socialiste hors les murs qui nous manque cruellement aujourd’hui

Amitiés socialistes

Lucile Schmid

About these ads

25 Responses to “Lettre à Martine Aubry”


  1. 1 Parti timoré! 21 décembre 2009 à 3:37  

    Dommage!

    Nous avions apprécié l’été dernier votre intervention à la FFE et votre capacité de synthèse.

    Le parti est sans doute trop otage des échéances électorales et ne se donne pas le temps d’assumer à la fois certains virages idéologiques et certains risques.

    Ce besoin de gauche est notable et un virage "écologique réel" nécessaire, mais est-il compatible ces dites échéances?

    G. (Madrid)

  2. 2 Stéphane LEVY-VALENSI, PS Ardèche 21 décembre 2009 à 4:07  

    Chère camarade,

    Je viens de prendre connaissance de ta décision et je souhaite t’indiquer que je comprend parfaitement ta démarche qui me paraît cohérente de bout en bout.
    Telle que tu l’exprimes dans ta lettre à Martine Aubry, je suis absolument d’accord avec ta demande de rénovation qui malheureusement ne semble pas en bonne voie au vu du désintéret pour le Laboratoire des Idées.

    Je suis convaincu,comme toi, que la demande est grande de nouveaux projets à gauche et que nous ne pourrons être à nouveau audibles et crédibles qu’au prix d’une vrai renouvellemnt, en profondeur,de la pensée socialiste mais toujours à gauche.

    Encore bravo pour cette décision courageuse, avec toutes mes amitiés socialistes

    Stéphane LEVY-VALENSI, PS Ardèche
    Secrétaire de section
    Membre du Bureau Fédéral

  3. 3 Thierry Seveyrat 21 décembre 2009 à 4:28  

    Je publie sur ma page facebook. C’est un constat d’échec qui m’affecte. Au plaisir de nous croiser, amitiés.

  4. 4 leinad 21 décembre 2009 à 5:38  

    je n’ai aucune sympathie pour aucun parti politique, quel qu’il soit, mais j’ai beaucoup de sympathie pour les personnes qui vont au bout de leurs idées, de leur raisonnement, de leur propre éthique.
    c’est pour cela que je vous félicite pour votre engagement qui va jusqu’à la démission.
    peut etre, votre mission était une cause perdue. vos arguments sont évidents, mais étaient prévisibles.
    ce qui me désole le plus, c’est de voir l’apathie généralisée du PS qui ne semble pas vouloir saisir la chance qui lui est offerte aujourd’hui: devenir une véritable force d’opposition. le laboratoire d’Idées était une opportunité pour passer outre les clivages, les luttes de clans qui ont réduit aujourd’hui le PS à l’état de marionnette désarticulée.
    faut il alors faire table rase du PS et commencer une aventure nouvelle, avec des hommes neufs et des idées qui ne resterons pas à l’état de "projet de société", cette illusion qui ne mène nulle part.
    je ne sais pas grand chose de vous, de votre chemin, mais ceux qui claquent les portes font preuve de courage. continuez.

    et joyeux noel quand même !!

  5. 5 Martial 21 décembre 2009 à 6:57  

    Je suis toujours triste de voir des personnes motivées baisser les bras…

    Si je peux me permettre et en espérant que vous ne faites pas parti des gens avec des "a priori" rapprochez-vous de Désirs d’Avenir c’est un endroit où franchement les idées fusent de partout et il y a vraiment beaucoup de choses très intéressantes. Fortement tenté par le monde alter-mondialiste (allez sur mon blog) je retrouve dans cette association le plaisir de me battre. Certes cela peut parfois sembler très amateur mais je dirais plutôt plein de fraîcheur…

    Sinon bonn courage pour la suite.

  6. 6 franck 21 décembre 2009 à 7:28  

    Madame,
    J’ai récement écrit à Mme Royale et à Mme Aubry mais mes questions sont restées sans réponses de leurs parts. J’ai une idée de formation pour les cdres dirigeants concernant les problèmes de stress au travail. J’ai expliqué mon cas à ces 2 dames mais force est de constater que cela ne les intéresses pas , dommage!!
    Quoi qu’il en soit soyez forte et continuez de lutter.
    franck

  7. 7 Amina99 21 décembre 2009 à 7:34  

    Je vous soutiens dans votre démarche honnête et courageuse.
    Les notables du PS agissent comme si la démocratie devait être assurée par une "élite éclairé" au nom du bien commun. L’histoire nous a hélas montré qu’un tel comportement ne peut conduire qu’à mettre en place une caste qui ne se préoccupe que défendre ses propres privilèges.
    J’ai adhéré au PS pendant un an. J’en suis parti, cruellement déçu par cette vision très particulière de la démocratie qu’avaient mon chef de section et les autres "cadres" du PS.
    J’espère et je crois, comme beaucoup d’autres aujourd’hui, en un renouvellement des forces de gauche. Votre prise de position, en accord avec vos idées généreuses, me conforte dans ce nécessaire espoir.

  8. 8 trocon 21 décembre 2009 à 7:38  

    Bien dommage que ce départ qui va faire les gorges chaudes aux représentants de l’ump au npa.
    Ce départ représente une fois de plus la fragilité du PS, victime de son statut et du respect des différentes motions. Ce n’est pas rendre service actuellement au combat que nous menons, c’est à dire construire un PS fort pour combattre les idées de la droite sarkozienne et rapprocher la politique et le politicien du citoyen.
    Ce n’est pas rendre service ni a Martine Aubry, ni aux militants du PS qui veulent changer cette politique de la répartition du déficit et de la privatisation du profit.

    Vous me voyez désolé de votre décision, le courage et la foi en son combat n’est pas méritoire, c’est un travail de fond, c’est un travail de longue haleine.

    Merci pour votre travail, merci pour votre lettre, je regrette que vous l’ayez rendue public, que vous l’ayez donner en pâture a ce parti de droite qui a besoin de ce genre de chose pour faire croire au citoyens, que eux seuls peuvent les guider dans ce monde du libéralisme, de la finance, du fils a papa, ….

    Dommage

  9. 9 Rémi NOEL 21 décembre 2009 à 7:47  

    Combien je comprends ta décision camarade… Mais rassure toi, il n’y a pas qu’à Solférino où il est difficile de faire avancer des idées et un projet innovants, répondant aux aspirations du peuple de gauche et au triple défi sociétal (économique, social et environnemental) que le siècle qui avance va nous imposer. Nous le voyons aussi dans nos provinces (je puis en témoigner pour le Languedoc) où celles et ceux qui auraient pu apporter beaucoup en ce domaine ont été écartés des listes pour les régionales par les caciques qui contrôlent l’appareil du PS. Que faire alors quand on a le socialisme chevillé au corps depuis des décennies ? Face à cette désespérance, on aurait pu imaginer que le think tank auquel tu participais pouvait apporter un sang neuf au PS. Ton départ montre manifestement que là n’est pas la voie. Reste alors à se tourner, tout en restant socialiste, vers ces ponts qui se créent avec d’autres authentiques cherchants, qui n’ont pas le souci de l’appareil, mais celui des vraies réponses à apporter (Je pense au pôle écolo du PS ? au réseau "Convergence"s, des socialistes qui regardent vers Europe écologie, et à d’autres. De ce foisonnement d’initiatives finira bien par sortir quelque chose qui sera la sève dont se nourrira un nouveau PS qu’il reste à refonder. "Il n’est point nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer…" dit le proverbe.

    Amitiés socialistes

    Rémi NOEL
    Secrétaire de la section PS de Florac (Lozère)
    Maire-adjoint de St Laurent de Trèves (48400)

  10. 10 sylvain 21 décembre 2009 à 7:52  

    Vraiment dommage Lucile!
    La gauche a besoin d’un Lab qui fonctionne selon les voies que tu avais envisagées. Puisse cette démission faire bouger les lignes au PS et permette un rebond non seulement salutaire, mais indispensable!!!! 2012 c’est demain…
    Amitiés

  11. 11 sandrine 21 décembre 2009 à 8:25  

    Navrée de cette décision Lucile. Appelons nous ! Sandrine Mazetier

  12. 12 FP NICOLAS 21 décembre 2009 à 8:38  

    Un constat realiste -> Il faut tout simplement noter que, depuis le debut, le mandat de Martine Aubry ne tient qu’au fil du soutien par des forces qui n’ont pas d’unite de pensee et d’ideologie.

    De facto, seuls les pseudos equilibres des courants et de la course aux places tient des lors lieu de reflexion pour la direction actuelle.

  13. 13 Pierre-Yves Le Borgn' 21 décembre 2009 à 9:19  

    Chère Lucile,

    Je regrette beaucoup ton départ. Ton intervention sur tes projets pour le Laboratoire des Idées devant la Convention Fédérale de la Fédération des Français à l’Etranger au mois d’août dernier avait été unanimement appréciée. Le constat que tu tires à l’appui de ta décision de démissionner de ta fonction est malheureusement partagé par nombre de militants, parmi lesquels je me range. La balkanisation du Parti en multiples chapelles est mortifère car elle aboutit à rendre le travail de réflexion collective prisonnier des logiques de Reims et du Congrès d’après. Alors que la crise touche des millions de compatriotes, que la conférence de Copenhague échoue dramatiquement, il est temps de briser tous ces murs qui nous empêchent désespérément d’être en résonance avec la société, ses attentes et ses urgences.

    Amitiés,

    Pierre-Yves Le Borgn’
    Premier Secrétaire Fédéral, FFE

  14. 14 getch 21 décembre 2009 à 10:03  

    Bonjour
    Bravo pour votre décision à la fois courageuse et triste.
    J’en profite pour poster ce message de Jean-Louis Bianco, Gaëtan Gorce, Najat Vallaud-Belkacem, message qui semble rejoindre certains points de votre réflexion.

    http://desirsdavenir76.over-blog.com/article-message-de-jean-louis-bianco-gaetan-gorce-najat-vallaud-belkacem-41348644.html

    Extrait :
    "En juin prochain se tiendra la convention nationale sur la rénovation pour la mise en œuvre du questionnaire voté par les militants le 1er octobre dernier. Notre objectif est que cette convention confirme les souhaits des militants et notamment celui de la réforme des statuts de notre Parti.
    À cette occasion, nous pourrons appeler à transcender les courants et à y mettre un terme, en espérant être entendus par l’ensemble de nos camarades au premier rang desquels notre Première secrétaire, Martine Aubry.
    Cette modification statutaire permettrait de mettre un terme aux stériles « guerres de chapelles» . Le vote à chaque congrès devrait se limiter à l’élection du ou de la Premier(e) secrétaire national(e). Par la suite, nous ne voterions plus en interne pour des courants mais en fonction des seuls compétences et arguments de chacun lorsqu’il s’agira de désigner nos candidats, et en fonction de nos seules convictions lorsqu’il s’agira de définir un positionnement politique."

    Bon courage pour la suite.
    Amicalement
    Getch (militant socialiste)

  15. 15 militant ps 21 décembre 2009 à 11:00  

    Salut Lucile,

    Je partage la même vision que toi de notre parti, et ce depuis longtemps.
    Mais connaissant les "éléphants", j’ai choisi la motion E pour voir enfin réalisés mes rêves de renovation profonde (idées et pratiques) de ce parti. Mais le TSSS est passé par là.

    La situation est toujours plus grave, le "diable" a, entre temps, traversé aussi la motion E.

    Ma question est : qu’est ce qu’on fait ?

    IL faut absolument dépasser les motions, voir le parti, mais comment et à quel moment ?

    En tout cas, moi je suis prêt à foncer!

    un militant PS
    Conseiller municipal

  16. 16 samuel 22 décembre 2009 à 12:17  

    Bonjour,

    et bravo pour votre décision, mais…
    Beaucoup critiquent le PS, son aspect non démocratique, ses luttes au sommet machiavéliques, son absence de projet.
    Certains diront aussi, son absence d’audace. Audace de croire en l’homme et de construire un projet qui compte sur l’homme. Audace de dire non quand ce non semble raisonnable, par exemple non au libre échange sans restriction proné par les traités européens et par l’OMC, qui rend inefficace l’instrument historique de la gauche qu’est une politique économique de gauche. Instrument utilisé par le Front Populaire et le Conseil National de la Résistance.
    Mais si beaucoup sont d’accord pour critiquer le PS, tout le monde n’est pas d’accord pour dire ce qu’il faudrait qu’il propose. Par exemple le non au libre échange sans restriction est proné par des intellectuels tels que les économistes Jacques Généreux, Frédéric Lorion, Jacques Sapir, Maurice Allais. Ce non est peut-etre aussi proné par le Parti de Gauche que certains d’entre eux soutiennent. Mais ce non est-il proné par les Verts, ou par le courant "minoritaire" de Ségolène Royal ?
    D’ou cette question : vous quittez le PS, mais pour aller ou ?

    Cordialement,
    un militant du Parti de Gauche comme vous l’avez compris.

    Remarque de la rédaction: Lucile n’a pas annoncé à ce jour son intention de quitter le PS. Elle démissionne aujourd’hui de la vice présidence du laboratoire des idées et par conséquent du secrétariat national du PS.

    • 17 benjamin 22 décembre 2009 à 5:59  

      Oui, mais Lucile qui "ne démissionne pas du PS" votera contre la liste présentée par ce parti!

      Cela me sidère. Qu’elle proteste vigoureusement en interne contre certaines choses, dont sa non renomination, d’accord.

      Qu’elle se démarque ainsi et pour moi, cela équivaut à une exclusion de fait. On est dedans, ou dehors.

  17. 18 Michel Facon 22 décembre 2009 à 12:57  

    Madame,

    C’est dommage d’en arriver là mais je comprends que la situation dans laquelle vous vous trouvez vous aie poussée à cette extrémité. Nous voyons à tous les niveaux la situation se détériorer. J’étais de ceux favorables au non-cumul des mandats dès les Régionales (ce qui était facile à faire) mais on n’a même pas essayé de m’écouter, arguant que c’était impossible mais sans me donner de raison. La situation à laquelle certains tiennent est évidemment celle qui a été retenue par de nombreux militants. Cela est vrai dans tous les partis mais il est dommage de voir qu’un vote n’est pas suivi d’effet. Maintenant on nous demande de réfléchir à de nouveaux thèmes et parce qu’on est pressé par le temps on me demande d’en "ressortir" un que j’avais traité mais qui n’a pas été suivi d’effet. Parfois on s’interroge sur la validité de ce qu’on fait.

    Je reste, comme vous, au PS mais ai des doutes quant aux buts recherchés par certains membres du BN.

    Bon courage pour votre carrière professionnelle.

    Michel Facon

  18. 19 benjamin 22 décembre 2009 à 8:37  

    Franchement si vous avez cru un instant que vous pourriez mener votre "mission" dans les conditions qui étaient les vôtres lors du tracé de votre "feuille de route" c’est que vous êtes d’une telle naïveté que vos qualités (certainement éminentes, cela dit sans aucune ironie) ne vous permettent nullement de vous insérer dans ce qui n’est plus de la politique, mais des jeux politiciens de bas étage et ce depuis le début du magistère de Hollande qui a détruit tout ce qui "pensait" dans ce parti (conforté dans cette voie par tous ceux qui se repaissaient de succès électoraux d’apparence importante, mais mineurs en réalité)

    Le PS ne peut en aucune manière se rénover, il doit disparaître comme disparut la SFIO pour qu’un nouvel appareil renaisse avec d’autres idées, une autre direction, d’autres rapports "de force" Aubry est certainement sincère, mais elle fait trop partie de la vieille maison et elle est trop "tenue" par ses caciques pour changer quoique ce soit (sauf la chasse d’eau des chiottes de Solférino, comme elle l’a dit elle même)

    Je ne peux que vous souhaiter une reconversion dans une autre activité, professionnelle, associative, syndicale, ou dans une ONG où vous donnerez la pleine mesure de vos compétences.

    pardonnez moi de vous le dire, mais à un certain niveau, la naïveté, quand on occupe des fonctions élevées et en vue, constitue un manque de qualités "professionnelles"

  19. 20 cm 22 décembre 2009 à 4:55  

    Les bras m’en tombent quand je lis qu’une des priorités du laboratoire est de "renouer avec les intellectuels".
    Les universitaires ont battu le pavé tout le deuxième semestre contre les réformes qui cassent l’ensemble du système éducatif, et ce dans le silence assourdissant du PS (et des syndicats). Pour ces intellectuels-là, c’est la crédibilité politique même du PS qui est très sérieusement amochée. Bon courage pour "renouer" avec eux!

    • 21 agassant 22 décembre 2009 à 5:50  

      vraiment vos seuls preoccupations restent les interets de personnes, d etre elu, et non l interet general du peuple qui souffre…vous vous inscrivez au parti pour "vos places" pour votre interet privé…pour l alternance et non l alternative…nos parents et grands parents pourraient vous CRIER.."HONTE A VOUS..QUEL GACHIS et pendant ce temps la combien de citoyens dans ce pays avec des richesses creeent incroyable sont obligés de se rendre aux restos du coeur…SVP IL EST ENCORE POSSIBLE DE VOUS RESSAISSIR AUX COTES DE CE PEUPLE..mais faites vite

  20. 22 Fouad Souak 23 décembre 2009 à 1:11  

    Il est toujours très difficile de mettre en oeuvre ses idées, d’avancer et d’initier de nouvelles perspectives de développement collectif.
    L’engagement et la démission sont deux actes forts, marquant les esprits et les corps. J’espère que la gouvernance du Parti socialiste saura se saisir de cet événement. J’espère que vous saurez concrétiser vos initiatives. J’espère que l’on saura reconstruire une masse compacte, unitaire, plurielle et en avance sur son temps pour le bien être des Français.

  21. 23 PERNOIS Francis 23 décembre 2009 à 6:55  

    Bonjour,
    pour te dire que je partage ton analyse sur l’incapacité du PS à mener collectivement un débat d’idées, ouvert aux autres, sans arrière-pensées en interne. Secrétaire fédéral aux activités thématiques en Isère aprés le Congrès de Reims, j’animais une trentaine de secrétariats réfléchissant aux principaux dossiers. Il y aurait eu beaucoup à dire sur cette structuration, résultat du jeu des sensibilités plus que de la recherche de cohérence et d’efficacité. 5 secrétariats ont réeellement fonctionné : beaucoup de responsables dont certains en bonne place aujourd’hui pour les régionales n’étaient manifestement là que pour la carte de visite! J’avais proposé une méthode de travail : rencontrer tous les acteurs locaux (syndicats, associations …) pour d’abord les écouter, rechercher un travail en partenariat avec les élus .. ceci n’a que partiellement fonctionné. Une grande partie des élus ne participent pas aux travaux de la fédération, les instances fédérales ne s’agitent qu’en période électorale. Constatant la force d’inertie de l’appareil, le peu de considération porté aux travaux des quelques militants engagés dans un travail de réflexion, j’ai démissionné de mes fonctions et du Parti socialiste aprés 1/4 de siécle de fidélité parfois naive. Je milite dans le syndicalisme et l’associatif où je mesure les attentes et les compétences disponibles. Je suis orphelin de la politique, pas du PS dont je crains qu’il ne se consume autour de quelques élus bien implantés. Alors que fait-on aujourd’hui pour recréer un avenir à gauche? Je suis attentif à vos initiatives et disponible pour y participer. Amitiés

  22. 24 Leguay benoit 28 décembre 2009 à 2:55  

    En 2002, je suis passé de militant à combattant au PS, pensant que celui-ci pouvait retrouver les voies du socialisme. Pour un partage équitable des richesses, une lutte résolue contre la pauvreté et pour atténuer les désordres provoqués par les convulsions d’un marché fou, pour mettre des verrous sur les pratiques spéculatrices qui appauvrissent les population les plus vulnérables, pour la construction d’une Europe sociale (tout au moins la volonté de mettre celle-ci en avant)… et des visions et prévisions environnementales pour un monde qui dans les prochaines années risque d’exploser…

    Puis, 2008 ! A quoi a-t-on assisté ? À la lutte frénétique en haut de l’appareil du parti, de femmes et d’hommes imbus d’eux-mêmes, capable de tout pour accéder au pouvoir. Et à la résignation de la plupart des élus socialistes rangés sagement derrière les bannières des uns ou des autres.

    Et même dans certaines motions, je n’ai pas trop apprécié que certains puissent « s’entendre comme cochons » avec ceux dont on critiquait, encore hier, la tiédeur… Combats de chefs, arrangements de dernière heure pour exister. Désistement public. Trop, c’est trop.

    Enfin l’année 2009 arrive avec des élections partielles cantonales et législatives avec une seule victoire pour le parti socialiste sur les Yvelines, le canton de Guerville. Et enfin la constitution de la liste départementale pour les élections régionales avec une performance incroyable de la faire adopter avec 32% de participation des militants avec des sections qui votent « contre » malgré des candidats sur la liste (Les Mureaux, Mantes la Jolie, Bonnières). L’adoption de cette liste est donc validée par 19,46% des militants inscrits dans les Yvelines.

    Tout ceci n’augure rien de bon et pour ma part, je pense que cela signe à terme la déliquescence du Parti socialiste. J’ai donc le regret de me mettre en réserve du Parti Socialiste, vaisseau fantôme social démocrate, qui navigue en aveugle, et je réfléchis à m’embarquer sur une chaloupe, dans une aventure incertaine mais militante…
    Vous n’entendrez pas de jugements de ma part sur, et contre, les femmes ou les hommes du parti socialiste. Sauf que je pourrai être amené à critiquer sévèrement les idées ou les actes, si je juge qu’ils sont de nature à dénaturer les idéaux socialistes auquel je suis attaché. "

    Pour conclure je vous laisse méditer la déclaration de Pierre MAUROY
    Si les dégoûtés s’en vont, ne resteront plus que les dégoûtants.

  23. 25 booster 5 avril 2010 à 6:47  

    c’est dans la continuité des 35h . il faut tout partager: le temps de travail avec son voisin, le temps libre avec son voisin… et maintenant un modèle de société basé sur le "soin mutuel". L’individu n’a plus qu’une espèrance de progression latérale, et non plus verticale.C’est ce que les gens vivent aujourd’hui en entreprise avec les conséquences que l’on connait: la déprime, la démotivation ….

    je ne vois pas comment , en étant jeune, on peut adhérer à un tel modèle de société.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivez Lucile Schmid sur Twitter

Présentation

VIDÉOS


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 778 autres abonnés