En savoir plus sur le programme social EELV

Quelques éléments sur la politique sociale du départements

Les centres de la vie sociale en charge du suivi des personnes en difficulté sont en sous-effectif dans une période difficile où les demandes d’aide (RSA, APA, APH) sont importantes. La baisse
des subventions aux associations locales spécialisées dans l’aide aux plus fragiles se confirme, sans compensation par un service public équivalent, mais avec une gestion de l’insertion
sous-traitée à des sociétés privées qui a montré son inefficacité.

Quelle position par rapport aux associations et à la directive Fillon de janvier 2010 ?

En application de directives européennes visant à harmoniser entre Etats les politiques de subvention publiques aux associations, mais en en déformant l’esprit, François Fillon, dans une
circulaire du 18 janvier 2010, estime que toutes les associations doivent être considérées comme exerçant des activités économiques. De ce fait, les subventions auxquelles elles peuvent prétendre ne doivent pas dépasser un seuil maximum de 200 000 € sur 3 ans. En établissant un tel seuil
pour toute subvention venant de l’Etat ou des collectivités territoriales, la circulaire porte atteinte à la clause de compétence générale de ces dernières. L’application de directives européennes ne pouvant être décidée par une circulaire mais par une loi, EELV veut conserver la compétence générale du département dans sa politique de relations avec les associations.

La prévention médico-sociale et le secteur de la petite enfance (PMI, centre d’éducation et de planification familiale, protection de l’enfance, bilans de santé…) sont des missions du Conseil Général mais les moyens mis à disposition ne sont pas à la hauteur de l’enjeu .
Le Conseil général se désengage des crèches départementales, mais n’augmente pas les aides aux communes pour les différents modes de garde. Il y a peu d’assistantes maternelles dans le département.
Avec 13 % de personnes âgées de 65 ans ou plus, la population du département vieillit. Une des missions du Conseil général est d’accompagner cette évolution, et en particulier participer à la prise en charge des problèmes liés à la perte d’autonomie.

Le Conseil général s’investit insuffisamment dans la gestion des centres médico- psychologiques et des maisons d’accueil spécialisées pour les personnes handicapées. Le vieillissement des personnes handicapées doit également engendrer la création de lieux d’hébergement spécifiques.

Chaque semaine en France, trois femmes meurent sous les coups de leur conjoint. Il se commet un viol toutes les deux heures en moyenne. Le Conseil général doit affronter ce dossier et accentuer son effort en matière de prévention.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivez Lucile Schmid sur Twitter

Présentation

VIDÉOS