L’écologie, une mode politique? Est-ce suffisant?

Mercredi 2 mars le candidat socialiste aux cantonales à Issy-les-Moulineaux (canton Est) organisait une réunion sur la transition écologique. Aujourd’hui Nathalie Kosciusko-Morizet , Ministre de l’écologie, visite le chantier du Fort d’Issy qualifié d’écoquartier exemplaire par André Santini. L’écologie est à la mode auprès des politiques. Qui va s’en plaindre?

Cependant, deux remarques: (Lire le communiqué de presse d’EELV sur le sujet)

l’écologie politique n’est pas un simple gadget, elle repose sur la révision d’une philosophie économique du court terme et de la production, elle s’appuie sur des valeurs de participation et d’exemplarité. Réunions et visites ne doivent pas masquer les contradictions centrales entre l’écologie et le projet porté par la majorité départementale et gouvernementale actuelle. D’ailleurs n’est ce pas Nicolas Sarkozy lui-même qui avait dit en 2010 au salon de l’agriculture « l’environnement ça comment à bien faire » ?

ce désir soudain de « faire de l’écologie » traduit aussi une forme de sauve qui peut politique. Ces temps-ci quand on ne sait plus quoi mettre dans sa maison politique on la repeint en vert. Or ce qui est essentiel pour que les électeurs reprennent le chemin des urnes c’est d’abord de faire le lien entre la question écologique et l’ensemble des sujets démocratiques (question sociale, emploi et travail, rôle de l’Etat, modèle économique, innovation et savoir, justice et libertés publiques etc..) et ensuite d’instaurer un débat public qui permette à chacun de comprendre les vraies différences existant entre projets politiques.

Il y a un effet pervers dans le « tous-écolos »…celui de faire croire qu’une fois aux manettes chacun aura les mêmes priorités et agira de la même manière. L’écologie ne peut être le rideau de fumée derrière lequel on cacherait l’ampleur de la méfiance qui existe aujourd’hui entre les Français et leurs élus. Et cette méfiance s’est alimentée depuis des années du décalage entre les mots et les actes. C’est pour cela que l’un des principaux défis que doit relever Europe écologie-Les Verts est celui de modifier la sociologie des élus (moins de professionnels de la politique, plus de compétences) et leurs relations avec les citoyens.

Lire le communiqué de presse d’EELV sur le sujet

Publicités

0 Responses to “L’écologie, une mode politique? Est-ce suffisant?”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivez Lucile Schmid sur Twitter

Présentation

VIDÉOS