Remaniement

On avait beaucoup attendu le grand remaniement de l’automne et celui-ci avait déçu : reprise en main de la vieille garde UMP/RPR, fin de l’ouverture avec les départs de Kouchner et d’Amara, ou des personnalités comme Rama Yade, et le départ  trop tardif d’Eric Woerth rattrapé par les affaires.

Le remaniement du 27 février déçoit encore. Comme à l’automne cette déception n’est même pas due à des raisons de personnes. La cause est entendue : nous avons un hyper-président qui s’est d’ailleurs chargé de nous annoncer ce remaniement. Ministres ou conseillers spéciaux sont d’abord là pour porter sa parole jusqu’aux extrêmes limites de la décence. Y a-t-il vraiment une différence aujourd’hui entre un ministre et un conseiller à l’Elysée ? Au fond tout dépend de la faveur présidentielle… et de ses disgrâces.

Il est ainsi étonnant qu’on qualifie de victoire d’Alain Juppé le départ de Claude Guéant de l’Elysée pour l’Intérieur. Alain Juppé aura-t-il les coudées plus franches pour mener la politique étrangère française? Qui croit à cette fable sinon lui. ? On peut déjà anticiper que ce sera Nicolas Sarkozy qui avec la double présidence G8/G20 sera aux manettes sur les sujets internationaux. Jusqu’où pourra aller la cohabitation Juppé/Sarkozy ou plutôt la cohabitation Juppé/Fillon/Sarkozy ?

L’arrivée de Claude Guéant correspondrait à une volonté de reprendre la main sur des thématiques qui bénéficient aujourd’hui à Marine Le Pen. Sans doute mais on ne peut s’empêcher de penser qu’il s’agit d’une vision bien myope des objectifs du ministère de l’intérieur dans une démocratie. La grande question politique pour les 18 mois à venir ne devrait-elle pas de travailler à une véritable interaction entre l’intérieur et la justice alors que l’équilibre entre sécurité et libertés publiques est profondément mis à mal et que le malaise professionnel des juges fait écho à celui des policiers?

Enfin que dire de l’intervention de Nicolas Sarkozy hier ? Beaucoup d’entre nous s’étaient dit… encore, et trop c’est trop, se souvenant de la trop longue intervention d’il y a deux semaines. Une fois écoutée cette intervention trop courte et cavalière on ne peut que ressentir un profond malaise face à tant de mauvaise foi. La manière dont ce président parle du mouvement démocratique dans les pays arabes est insupportablement mâtinée de racisme, la désinvolture dont il fait preuve à l’égard de des Français l’est tout autant. Ce discours a illustré l’état de délabrement du pouvoir présidentiel.

Aujourd’hui on ne peut en tirer qu’un seul vrai commentaire : espérons que ces paroles suscitent en chacun de nous un dégoût nécessaire pour porter la rupture dans les urnes.

Publicités

0 Responses to “Remaniement”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivez Lucile Schmid sur Twitter

Présentation

VIDÉOS