L’abstention un message ? Une attente ? Des surprises ?

Hier à Grenoble  dans le cadre des Etats généraux du renouveau (forum libération) je participe à un atelier sur l’abstention. Que veut-elle dire ? Pourquoi atteint-elle régulièrement un niveau élevé, de plus en plus élevé ? Le thème de l’atelier lie la présence des femmes en politique et la nécessité de faire diminuer l’abstention. Les femmes pourront-elles par leur présence en politique inciter à voter davantage ? Peuvent-elles incarner le renouveau ?

A cette question pas de réponse générale évidemment. Une femme en politique c’est d’abord une personne portant des convictions, un projet, un comportement.

Plus intéressant me semble être le sujet de l’évolution de l’abstention lors des dernières élections. En 2002 on se rappelle du traumatisme de Lionel Jospin devancé par Jean Marie Le Pen en grande partie à cause d’un niveau d’abstention record dans une élection présidentielle. En 2007 la participation des électeurs à l’élection présidentielle fût en revanche très importante. Remords, intérêt marqué pour des candidats de rupture ? Qui peut vraiment le dire. Et dès les élections législatives un mois après la participation était retombée.

Pour moi il est clair que cette abstention en dents de scie est d’abord la marque d’une attente déçue, d’une déception à l’égard d’une offre politique qui en termes de projet comme lorsqu’il s’agit des élus, ne rencontre plus les aspirations des citoyens. Ce n’est pas une démocratie d’abstention contrairement à ce que disent certains universitaires mais une démocratie d’attente, d’aspirations en sourdine, qui ne trouvent pas à s’incarner.

Jean François Kahn écrivait dans son éditorial de Marianne cette semaine que le Président de la République appelait de ses vœux l’abstention aux élections cantonales. Remarque édifiante pour celui qui devrait au contraire être le premier à souhaiter que la démocratie en France soit vivante. Alors souhaitons que ceux que Nicolas Sarkozy voudrait abstentionnistes viennent demain voter.

Car les bonnes surprises existent aussi en politique.

Publicités

2 Responses to “L’abstention un message ? Une attente ? Des surprises ?”


  1. 1 Eugène 1 février 2011 à 1:21

    Les premiers qui sauront relier correctement politique et morale pourraient soulever l’enthousiasme. Eva peut-elle le faire et ensuite ne pas décevoir? Hum… il faudrait un peu de méthode et ne pas croire que l’équipe qui l’entoure possède la science infuse…

  2. 2 Altos 26 février 2011 à 11:01

    Je fais partie des Isséens qui ne votent plus, non par désintérêt, mais pour ne pas cautionner le vote électronique. L’opacité et la mise à l’écart des citoyens dans le processus de surveillance et de vérification des scrutins me paraissent inacceptables et dangereuses.
    Il faudra surveiller l’évolution de l’abstention lors des cantonales, mais si l’on regarde la tendance des derniers scrutins sur le 1/3 des bureaux de votes du 92 fonctionnant avec des ordinateurs de vote ; on constate qu’on est bien loin des promesses faites en 2007 d’une plus grande participation liée au vote électronique, je pense qu’au contraire cela détourne de nombreuses personnes de leur devoir, par manque de confiance.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivez Lucile Schmid sur Twitter

Présentation

VIDÉOS