L’interview de Paul Philippart

LUCILE SCHMID (VERTS) : POURQUOI JE NE ME PRÉSENTE PAS AUX CANTONALES A VANVES

(retrouvez l’article sur le site vanvesauquotidien)

[…] la rencontre la plus intéressante de cette journée des vœux et pré-électorale a été la rencontre avec Lucile Schmid (EELV).

« Spontanément cela semblait tout à fait naturel d’être candidate à Vanves. Mais il y a un sortant socialiste avec Guy Janvier. Comme j’ai choisi de rejoindre EELV (Europe Ecologie Les Verts), c’était compliqué de me présenter, d’être concurrente de Guy Janvier, après tout ce que l’on a fait ensemble au PS. C’est plus conforme aux idées que je défends et ce que je souhaite humainement en politique » confiait à Vanves Au Quotidien Lucile Schmid pour expliquer sa candidature dans l’un des deux cantons d’Issy les Moulineaux plutôt que celui de Vanves. Ce qui est tout à son honneur et inhabituel en politique. En rappelant qu’elle a été candidate deux fois de suite aux législatives contre André Santini dans cette 10éme circonscription, et en considérant qu’il lui semblait logique d’assumer son étiquette EELV à Issy les Moulineaux où « il y a eu des résultats intéressants de la gauche et des Verts aux dernières régionales notamment. Il faut se placer dans un contexte de reconquête politique en portant un projet et demander plus de transparence ». Elle reconnait que « c’est la première fois qu’EELV va se frotter au scrutin uninominal : « Est-ce que nous allons réussir à faire passer notre message ? »  s’interroge t-elle.

En dehors du nouveau combat électoral qu’elle va mener à Issy les Moulineraux comme Paul Subrini (UMP), 1er adjoint au maire André Santini,  Lucile Schmid est membre du Bureau national d’EELV  et elle fait partie des responsables du projet d’EELV avec Denis Baupin, maire adjoint de Paris, et Jeanne Souyries, ex-conseillére régionale comme elle. « Il s’agit d’élaborer notre programme pour les présidentielles et les législatives de 2012. Le fil rouge est le nouveau modèle de développement (durable), de replacer l’humain au cœur de la politique.  On a beaucoup de chose à améliorer sur notre image en terme de programme, de crédibilité. Et nous voulons nous servir de tout notre réseau d’élus locaux pour constituer ce programme » explique t-elle. Elle participe à la création de la Fondation de l’Ecologie avec Jean Marie Besset, qui doit traveiller sur les nœuds et les résistances qui empêchent la transformation écologique de la société, et sur la façon de lever ses freins.

Publicités

0 Responses to “L’interview de Paul Philippart”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivez Lucile Schmid sur Twitter

Présentation

VIDÉOS