Roaratorio de Merce Cunningham

L’année dernière Merce Cunningham grand chorégraphe et grand danseur disparaissait. Il y a quelques jours le Théâtre de la ville donnait deux programmes reprenant ces œuvres dansées par la Merce Cunningham dance company. J’ai eu le bonheur d’assister à Roaratorio dont le point de départ est Finnegan’s Wake l’œuvre de James Joyce. La danse se déroule sur une œuvre musicale originale du compositeur John Cage.

Nous sommes emportés par le mouvement des corps, leur beauté, leur audace, leur agilité, leur capacité à danser collectivement. L’ombre du chorégraphe plane sur cette scène, ; cette tournée est celle que Merce Cunningham avait prévu dans son testament artistique, ultime hommage à un demi siècle de création, d’expressivité et d’épanouissement de la danse contemporaine.

Ces danseurs seront bientôt rendus à leur liberté, forts de leur savoir faire, de leur beauté, de leur rayonnement. Et ils continueront à incarner cette interrogation en forme d’appel de Merce Cunningham :

comment préserver la nécessité de rester ouvert devant une situation et ne pas décider à l’avance tout ce que vous êtes susceptible de faire ?

Rester ouvert au monde, ne pas se laisser aveugler par les contraintes, les impératifs, les urgences … c’est un luxe mais aussi un choix spirituel…. et politique ?

Publicités

0 Responses to “Roaratorio de Merce Cunningham”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivez Lucile Schmid sur Twitter

Présentation

VIDÉOS