Conseil municipal du 24 mars 2010

Hier soir, conseil municipal qui portait principalement sur le vote du budget de notre ville. Une première étape avait eu lieu en février avec le débat d’orientation budgétaire. Le groupe Verts, associatifs et citoyens s’est abstenu sur le projet présenté:

Un budget est à la fois l’expression de choix politiques et la prise en compte de contraintes (financières, moyens en personnels, investissements programmés). Si nous avons reconnu une volonté réelle de maitrise des dépenses nous ne pouvions approuver ce budget pour trois raisons :

  • des choix budgétaires et politiques qui n’anticipent pas suffisamment l’évolution de la ville. Les budgets de l’action sociale, de la jeunesse, de la prévention santé ne nous semblent pas anticiper et accompagner l’évolution sociologique et démographique de notre ville. Ainsi, 3/4 du budget de l’action sociale reste consacré aux personnes âgées. Or de plus en plus de familles s’installent à Vanves comme l’indique l’augmentation des élèves scolarisés. Et ces familles aujourd’hui installées à Paris et dans la petite couronne (Vanves, Issy, Malakoff, etc.) veulent s’installer durablement, même lorsque la famille s’accroît. La place très importante du pôle senior ne doit elle pas être questionnée? Doit-on considérer le fait d’affecter 73% de la dépense aux personnes âgées comme un fait ? Quid de l’augmentation de la précarité à Vanves ? La situation des 600 familles suivies par le CCAS s’est-elle dégradée avec la crise? A titre anecdotique, l’ensemble des dépenses en faveur du handicap est de 23500 euros et le repas annuel au pavillon dauphine pour les personnes âgées coûte 48000 euros.
  • Les dépenses de personnel représentent 64% des dépenses budgétaires réelles. Elles sont contenues au prix de suppressions d’emploi et de l’externalisation de certaines fonctions (les séjours jeunesse, par exemple). Faute de projection politique à moyen terme, l’orientation de la dite « gestion prévisionnelle des emplois » est illisible et les informations fournies ne permettent pas d’évaluer son impact sur la qualité des services publics;
  • Faute d’une volonté de suivre de vrais projets dans la ville, le budget de la participation locale est réduit aux moyens pour des  repas de quartiers. Ce n’est pas notre conception de la démocratie locale.

Si nous avons approuvé les subventions aux associations, nous avons tenu à remarquer que certaines associations qui travaillent au quotidien dans la ville obtiennent malgré leurs demandes des soutiens moins importants que d’autres qui proposent simplement l’organisation d’événements.

A côté de ces remarques strictement budgétaires on doit remarquer qu’en ce qui concerne les transports (quelle place respective pour les transports individuels et collectifs) comme dans les choix d’urbanisme, le projet de la municipalité n’anticipe pas suffisamment sur un nouveau modèle de développement social préparant enfin le futur pour les nouvelles générations. Le projet Cabourg aurait pu donner lieu à un vrai éco quartier; rarement la ville a connu autant de chantiers et pourtant la densification dans la ville prend la forme de résidences hôtelières au lieu d’un habitat partagé. Une occasion manquée qui pourrait ne pas se représenter de sitôt.

Publicités

0 Responses to “Conseil municipal du 24 mars 2010”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivez Lucile Schmid sur Twitter

Présentation

VIDÉOS