Good Society Debate: Débat pour une bonne société – Texte français

Recherche social démocratie désespérément

Que reste-t-il aujourd’hui de la social démocratie ?

Des regrets et une révolte d’abord. Le regret de n’avoir pas su concilier des valeurs, une vision et des pratiques de gestion du pouvoir. Il y a une décennie que le doute s’est instauré. Mais aujourd’hui ce ne sont plus seulement des doutes, ou même une crise, c’est une brisure, la fin d’un espoir et d’une histoire. Et pour beaucoup de citoyens un reniement qui s’est peu à peu installé au nom d’une pensée unique partagée à droite et à gauche sur l’économie et l’acceptation des inégalités.

Un vide ensuite et une révolte de nouveau. Chacun d’entre nous perçoit combien la démocratie est aujourd’hui menacée, rendue exangue par l’absence de définition d’un intérêt collectif et d’une vision commune, et la concentration sans vergogne des pouvoirs. C’est Nicolas Sarkozy qui voulait nommer son fils de 22 ans ayant échoué à tous ses examens universitaires à la tête de l’EPAD, établissement d’aménagement du plus grand quartier d’affaires d’Europe, dans son fief, le département des Hauts de Seine. C’est Silvio Berlusconi qui non content d’émasculer les médias, accumule les affaires de malversation et de mœurs. Si les citoyens expriment avec force leur volonté d’un monde différent, d’une mondialisation humaine et d’une autre manière de penser l’économie, ils sont de plus en plus pessimistes sur la possibilité qu’un débouché politique existe pour ces aspirations.

La démocratie va mal, le socialisme est affaibli. La social démocratie existe-t-elle encore alors, au sens d’un modèle qui reposait sur les deux piliers de principes de solidarité et d’égalité des chances et d’une organisation des libertés publiques garantissant la pratique démocratique du pouvoir ? Pour lui redonner un avenir, un clivage avec le projet de société porté à droite est nécessaire. Sinon elle ne sera plus perçue qu’une pensée molle de gauche ou une pensée de droite qui ne s’avoue pas.

Cette question doit être croisée avec deux autres éléments essentiels pour définir aujourd’hui une vision politique. D’abord la percée de l’écologie politique impose un enrichissement des manières de voir, elle implique de repenser ce qu’on appelle progrès et questionne la croissance. Ensuite les citoyens ont développé de nouvelles manières de promouvoir leurs combats. Ils sont une avant garde par rapport aux partis sur des sujets aussi essentiels que l’immigration, les libertés publiques, la manière de penser la ville. C’est Jean Nouvel le grand architecte français qui a eu les mots les plus forts pour contrer le faux projet de Grand Paris de Nicolas Sarkozy qui confondait la construction d’un réseau de transport et un vrai projet d’urbanisme avec toutes ses complexités. C’est le réseau éducation sans frontières animé à l’origine par des parents d’élèves qui a été le plus efficace pour faire régulariser des familles sans papiers en France.

Ce sont deux piliers sur lesquels refonder une social démocratie. Pour mener cette refondation un certain nombre de principes doivent être respectés :

– cesser d’adhérer à une pensée unique de l’économie qui place le court terme et le profit au centre. L’économie ne mérite ni l’excès d’honneur, in l’excès d’indignité qui lui sont faits. Elle doit être pensée en lien avec l’histoire, la prospective, l’écologie, la culture, en un mot tout ce qui fait l’humain ;
– remuscler la lutte contre les inégalités. C’est devenu un slogan vide de sens alors que celles-ci croissent et deviennent plus injustes et plus insupportables encore. Aucune résignation n’est acceptable ;
– affronter les difficultés d’une articulation entre les préoccupations sociales et écologiques ;
– faire systématiquement le lien entre la gestion politique interne et les enjeux européens et internationaux. Il n’y a plus aujourd’hui de séparation entre ce qui se passe dans le monde et ce qui arrive dan nos villages. Le nier c’est encourager une culture politique xénophobe comme celle portée par le Front national ;
– ouvrir la politique à tous et la déprofessionnaliser. Cette ouverture doit prendre la forme d’un changement de profil des élus et d’un partage des pouvoirs avec la sphère citoyenne. Si c’est bien aux politiques de décider in fine nous devons organiser la porosité des deux univers.

Dans cette refondation ce qu’on appelle en France, les élites ont des responsabilités particulières. Responsabilité particulière dans la crise actuelle car elles ont laissé le cynisme économique envahir l’espace, responsabilité particulière pour inverser la tendance à la déshérence démocratique actuelle, responsabilité particulière pour sortir d’une culture de la protection pour prendre les risques que méritent les défis de notre temps. Prendre ce risque de perdre privilèges et statuts pour regagner l’estime des citoyens c’est l’enjeu de cette refondation.

C’est une autre culture du pouvoir et de la pensée politique qui doit être construite : en réseau entre les représentants politiques et les associations, plus informelle et sachant rapprocher la démocratie participative et la démocratie de représentation, apte à la confrontation et au débat. Visionnaire, pariant sur le développement des biens publics et de l’univers non marchand, idéaliste en un mot.

Lucile Schmid vice présidente du Laboratoire des idées du parti socialiste français

Publicités

2 Responses to “Good Society Debate: Débat pour une bonne société – Texte français”


  1. 1 francis 3 décembre 2009 à 8:31

    bonne tribune…


  1. 1 La social-démocratie peut-elle être la solution pour construire une “bonne” société? « Le Blog de Lucile Schmid Rétrolien sur 2 décembre 2009 à 7:24

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivez Lucile Schmid sur Twitter

Présentation

VIDÉOS