5 Aout 2009 – La Croix – Le PS veut se «réarmer» idéologiquement

la-croixmon entretien pour le journal lacroix.fr
Depuis plusieurs mois, le « laboratoire des idées » lancé par Martine Aubry tente de recréer des liens avec les intellectuels, afin de bâtir un programme pour 2012. Un travail qui se heurte toujours à la question du leadership

La filiation est évidente. Et parfaitement assumée. Confronté à une crise d’identité et devenu quasiment inaudible, le Parti socialiste a décidé d’entreprendre un travail de rénovation idéologique qui s’inspire directement de la démarche effectuée par Nicolas Sarkozy avant l’élection présidentielle de 2007.

« Nicolas Sarkozy a gagné la bataille des idées. Un combat politique doit reposer avant tout sur une bataille de concepts. Nous devons être capables de définir ce qu’est aujourd’hui un projet de société de gauche. » Dans le rôle d’Emmanuelle Mignon, Lucile Schmid est, avec le député de la Nièvre Christian Paul, aux commandes du « laboratoire des idées ».

Une petite structure mise en place par Martine Aubry, fermement convaincue que le PS doit d’abord se doter d’un projet avant de choisir son candidat. Cette énarque, conseillère régionale d’Île-de-France, ne sous-estime pas la difficulté : retisser des liens avec les intellectuels et les experts « afin de sortir Solferino de son isolement » et, face au travail de brouillage idéologique opéré par Nicolas Sarkozy, « redonner du sens aux mots pour échapper au sentiment que tout le monde dit la même chose », explique-t-elle.

Une dizaine de groupes de travail ont déjà été constitués – il y en aura une vingtaine au total – sur les thèmes de la crise, de la diversité, de la civilisation numérique ou encore du partage des richesses. Composés d’économistes, de philosophes, de sociologues, mais aussi d’élus et d’acteurs de terrain, ils se sont donné six mois pour remettre leurs conclusions.

« Paresse intellectuelle »

Elles seront enrichies des contributions fournies par les « think tanks » qui gravitent autour du PS, comme la fondation Jean-Jaurès ou Terra Nova. « La difficulté sera ensuite d’articuler le travail de réflexion en profondeur sur un projet de société à vingt ans avec l’élaboration d’un programme opérationnel à trois ans », reconnaît Lucile Schmid.

Une note stratégique, présentée début juillet lors du séminaire des cadres du parti organisé à Marcoussis, a permis de fixer les grands défis auxquels doit s’atteler un parti affaibli par quinze années de « paresse intellectuelle », selon les termes de l’ancien ministre Pierre Moscovici, et la faillite du modèle social-démocrate partout en Europe.

La mondialisation, la révolution numérique, les défis écologiques et « la grande inquiétude des générations », notamment sur l’avenir des jeunes, constituent les grands axes de cette réflexion. Pas question pour autant d’abandonner les valeurs du socialisme pour « changer de logiciel idéologique », selon l’expression consacrée.

« Mettre la question sociale entre parenthèses pour faire passer l’écologie au premier plan n’aurait pas de sens », poursuit Lucile Schmid. « Ce ne sont pas ses valeurs qui sont en cause, confirme Olivier Ferrand, président de Terra Nova, mais ses instruments, qui remontent aux Trente Glorieuses et à l’État providence et qui ne fonctionnent plus dans le monde d’aujourd’hui. Il faut accepter de rompre avec ce modèle historique. »

« Arrêter la spirale de l’échec »

Chargé par Martine Aubry d’organiser au début de l’année prochaine une convention nationale pour bâtir un « nouveau modèle de développement », Pierre Moscovici estime qu’« il faut désormais une approche globale qui lie l’économie, le social et l’écologie. Nicolas Sarkozy ne pense pas le modèle d’après, explique-t-il. Il se contente de passer la crise sans toucher aux structures mêmes du capitalisme.»

Le résultat de cette réflexion et sa capacité à apporter des réponses « crédibles » sont un enjeu capital pour le PS, qui compte sur les élections régionales de 2010 « pour arrêter la spirale de l’échec et créer une dynamique de reconquête des idées », ajoute Lucile Schmid.

« Il s’agit de vraies questions doctrinales, commente Alain Bergounioux, historien et conseiller de Martine Aubry. La seule tentative de rénovation de la social-démocratie, faite notamment par Tony Blair dans les années 1990, a échoué à proposer un contre-modèle. »

Surtout, ajoute Pierre Moscovici, qui se dit « raisonnablement optimiste », ce travail de réflexion ne servira à rien si le PS ne règle pas parallèlement la question du leadership : « Il faut bousculer les conservatismes. Le PS n’est pas mort, mais il ne survivra pas à une quatrième défaite à l’élection présidentielle. »

Céline ROUDEN

Publicités

1 Response to “5 Aout 2009 – La Croix – Le PS veut se «réarmer» idéologiquement”


  1. 1 Pierre-Alain Weill 18 août 2009 à 4:57

    Bonjour Lucile,
    J’ai lu avec intérêt vos travaux sur la crise et la société Française. Je pense comme vous que notre manque de visibilité dans les média est une spirale dont nous ne sortirons que par une réaction au coup par coup en étant pertinents dans nos réponses sur des sujet précis. Bonus des banquiers, crise automobile, université et recherche, ouverture le dimanche, santé…
    Je m’occupe au PS des questions touchants aux PME.
    Si ces sujets rentrent dans vos préoccupations n’hésites pas à me contacter.
    Bravo pour vos deux premiers documents.
    Bien cordialement,
    Pierre-alain Weill


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivez Lucile Schmid sur Twitter

Présentation

VIDÉOS