Retour en Avignon

Pour joindre l’apostrophe à la réalité, j’ai profité de cette courte halte à Avignon pour aller assister à une trilogie théâtrale de l’auteur Jan Lauwers avec la Needcompany. Une trilogie qui s’appelle Sad face/Happy face. Trois pièces pour raconter toujours l’homme face à sa condition. Autour de l’histoire d’Isabella d’abord – la pièces s’appelle la chambre d’Isabella- dont la vie emprunte le chemin de tous les grands traumatismes du XXe siècle, qui pendant 60 ans rêvera d’aller en Afrique mais n’y restera que 6 heures 40 minutes, qui sera orpheline, amante, collectionneuse, saura écrire l’histoire de son point de vue et sera beaucoup plus libre à 90 ans qu’à 20. Les deux pièces suivantes, moins linéaires entremêlent les mêmes thèmes à des questions d‘actualité ultra sensibles : le clonage, la mort d’un jeune enfant, l’inhumanité de cette guerre européenne qu’a été le conflit du Kosovo, la fin du lien entre générations.

No_Comment_kAprès plus de 6 heures de spectacle j’étais complètement bouleversée. Surtout par la dernière pièce de la trilogie, « la maison des cerfs ». Elle décrit une famille tentant désespérément de se préserver de la guerre au Kosovo, rattrapée par cette violence venue d’ailleurs qui comme une gangrène se métamorphose en une violence meurtrière au sein même de la famille. Il n’y a pas d’issue individuelle à la violence. C’est une responsabilité collective que de lutter contre elle. L’horreur du monde se dévoile avec une cruauté sans nom dans ce texte magnifique qui évoque naturellement la tragédie grecque. Il ne s’agit plus de théâtre à proprement parler. Les chants, la danse, les changements de registre –notamment de langue puisque le spectacle se déroule en français, en anglais et en flamand- sont permanents. C’est une tragédie universelle, mondialisée dans toute la beauté de cette juxtaposition d’art et de culture. La langue française est enrichie par sa proximité avec l’anglais ou le flamand puisque chaque acteur jongle avec les trois comme il alterne chant, texte et danse.

Publicités

0 Responses to “Retour en Avignon”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivez Lucile Schmid sur Twitter

Présentation

VIDÉOS